vendredi 19 septembre 2008

Gainsbourg, la Cité et (un peu aussi) moi

Ça y est, c’est très réel, très concret, très précis : je commence le 1er octobre mes cours à la Cité de la musique sur Serge Gainsbourg. J’avais pensé aux chansons à faire écouter, à ce que je vais dire, à la question de mon positionnement dans les querelles gainsburciennes contemporaines (et notamment de savoir si on dit gainsburcien, gainsbourgeois ou gainsbarrien, ce que je tranche en alternant soigneusement les trois adjectifs). Mais je n’avais pas songé à la promo. Et on m’appelle aujourd’hui pour répondre à une interview. Alors, tout soudain, ça devient très sérieux…

5 commentaires:

Francis Hébert a dit…

Cher collègue,

Dommage qu'un océan nous sépare, j'irais bien volontiers assister à ces conférences. On a beau fréquenter les chemins buissonniers de la chanson, Gainsbourg, on y revient toujours.

Francis Hébert (hebdo Voir, Montréal)

Bertrand Dicale a dit…

Ces dix cours deviendront dix chapitres d'un livre à paraitre au printemps prochain, "Gainsbourg en dix leçons."

Francis Hébert a dit…

Bien heureux d'apprendre ça, peut-être aurons-nous enfin droit à une analyse intéressante de son oeuvre?

Les modèles, pour moi, sont le Nino Ferrer - On dirait le sud de Christophe Conte ainsi que le Brassens sur les pas de François Villon...

Chez quel éditeur allez-vous publier ça?

Aurelie M. a dit…

Bertrand,

J'ai assisté à votre première leçon sur Monsieur Gainsbourg et j'ai vraiment beaucoup apprécié, très riche d'enseignement, de digression et d'enrichissement, j'ai d'ors et déjà hâte d'entendre la suite. Je participe à ces leçons en tant qu'admiratrice de Gainsbourg bien sûr mais aussi pour profiter de ce que vous pourrez nous apprendre sur l'art et la manière d'écrire sur les artistes-musiciens, j'ai un projet de livre sur une artiste sur laquelle j'ai en mémoire un papier de vous datant de 2005, il s'agit de Tracy Chapman. J'espère avoir l'occasion d'échanger avec vous sur ce sujet, vous nous évoquiez mercredi soir la liberté d'écrire sur l'enfance des artistes. Que de passe t-il quand les acteurs-témoins de cette existence sont encore (et heureusement) de ce monde ?

A mercredi,
Aurélie

Bertrand Dicale a dit…

Eh bien je serai ravi de parler de Tracy Chapman avec vous. A mercredi, donc.