lundi 25 février 2008

Claire Diterzi, une jubilation d'économie mixte

Première, vendredi soir, de Claire Diterzi à Chaillot. Il y a toujours, en filigrane, une question de légitimité à installer les musiques populaires dans les théâtres « nobles » et, dans ses commentaires entre les chansons, elle en joue bien. Sa jubilation n’a pas seulement pour source le confort de travail : le rock en est toujours à s’essuyer les pieds et à tenir son chapeau à la main en entrant dans les institutions de la haute culture.
Ce qui est superbe, également, c’est l’exemplaire liberté scénique qu’elle s’est donnée. Certes, pas de duckwalk et de stage diving dans l’écriture visuelle de Tableau de chasse : des déplacements très réglés, des lumières de théâtre, une écriture vidéo très éloignée du système habituel de l’image de scène, une exigence musicale impressionnante… Le parti pris du réglage des voix, ouvertement inspiré du Mystère des Voix bulgares, tranche avec toutes les habitudes et même avec le mixage parfois très sage de son album. Tout cela correspond à une filière culturelle dans laquelle le principe de la commande est d’ouvrir le coffre à jouets et la boite à outils à l’entière fantaisie de l’artiste. Et c’est cela qui peut stimuler une fécondité révolutionnaire.
Claire Diterzi a montré un spectacle, ce qui est autre chose qu’un set ou un concert. Et, dans ses intentions comme dans sa génétique, il tranche avec la simplicité de la mécanique album-tournée. Ce qui dépasse la mise en live des chansons, c’est précisément tout ça : les éclairages et la vidéo de La Vieille Chanteuse (génial, absolument génial), le dispositif d’A quatre pattes (génial, absolument génial), l’outrance surélectrique d’A genoux (génial, absolument génial)…
Bien sûr, elle est en France la seule avec Camille à pouvoir revendiquer une björkité pleine et entière. Mais ce détour par la commande publique est sans doute ce qui rehausse son travail de scène à cette hauteur. Alors que l’on commence à se poser ici ou là de funestes questions à son propos, une jolie démonstration en faveur de l’économie mixte.

1 commentaire:

Le Tadorne a dit…

Je partage totalement votre analyse. J'ai pris la même entrée que vous pour décrire son concert à Cavaillon le 7 mars. J'y ai vu une femme de théâtre...
A lire ici:
http://www.festivalier.net/article-17605667.html
A bientôt.
Pascal Bély
www.festivalier.net