vendredi 14 mars 2008

Annie Ebrel et son quartet inattendu

Le destin d’Annie Ebrel a quelque chose d’éminemment romanesque, comme en des temps et des lieux d’avant les certitudes des ambitions et du commerce. La petite fille qui chante en aidant à la ferme de ses parents et le voisin qui lui dit qu’elle pourrait chanter – chanter pour de vrai, chanter pour le fest noz. Et puis Riccardo Del Fra, le jazzman italien qui emporte la femme et la voix dans des audaces neuves, vers des horizons libérés des genres et des encombrantes frontières.
Voici Roudennou, création au disque (ces jours-ci chez Coop Breizh) et sur scène, dans laquelle est chemine avec le percussionniste Bijan Chemirani, le guitariste et clarinettiste Pierrick Hardy et l’harmoniciste Olivier Ker-Ourio. Une musique à la fois hors-sol et sublimement enracinée, une écriture vocale minérale, savante, limpide, inattendue. Un ailleurs ou un ici, un proche ou un lointain, une modernité ou un retour, leur quartet brouille beaucoup de perceptions. Et, à petites touches, il établit la carte d’un territoire possible, entre mélancolies bien sues et lueurs de sentiments inconnus, jazz actuel et tradition assumée jusque dans sa roideur la plus ancienne. Tout l’album flotte entre des valeurs disjointes, des références abracadabrantes (le western, les embruns marins, le divan oriental, le club newyorkais, le festival world, l’éthique du fest noz…), des couleurs toujours plus contrastées mais toujours miraculeusement complémentaires. Brillant, audacieux, rare.

1 commentaire:

Wireless a dit…

Hello. This post is likeable, and your blog is very interesting, congratulations :-). I will add in my blogroll =). If possible gives a last there on my blog, it is about the Wireless, I hope you enjoy. The address is http://wireless-brasil.blogspot.com. A hug.